120 ANS D'HISTOIRE

LES PREMIERS PAS DU FCR

Alors que la pratique du football arrive dans la ville aux cent clochers sous l’impulsion de Willing, en 1896, l’idée de la création d’un club capable de rivaliser avec les équipes havraises dont le HAC émerge rapidement.

Grâce à ses pionniers (Willing, Hurard, les frères Diochon, Cousinard), le FCR est crée le 10 juillet 1899 sous le nom de Football Club Rouennais !

Le club effectue ses premières rencontres sur le Champ de Courses à l’été 1899 et participe quelques années plus tard à la première édition du championnat de Haute-Normandie, en 1903.

Malgré une bref aparté d’une saison et une fusion ratée entre le Football Club Rouennais et la Jeunesse Sportive Rouennaise qui avait donné naissance au Sporting Club Rouennais, le  FCR parvient à rivaliser avec son illustre rival le HAC. Alors que le club déménage successivement au Petit-Trianon puis au Grand-Trianon, les troupes du Président Diochon parvient à obtenir son premier titre de Champion de Haute-Normandie en 1910 aux dépends du HAC !

Alors que le club enchaîne les titres au niveau régional, Le FCR poursuit son ascension et se fait un nom dans l’hexagone notamment lorsque les Diables Rouges atteignent la finale du championnat USFSA en 1913. Malgré la défaite aux prolongation face au Stade Hélvetique de Marseille devant 10 000 spectateurs au Grand-Trianon, cette finale pose les jalons de l’empreinte qu’aura le FCR sur le football français dans les années à venir.

Rapidement trop à l’étroit au Grand-Trianon, Robert Diochon et le docteur Grasset obtiennent de la municipalité la concession du terrain des Bruyères jusqu’alors réservée au rugby. Le FCR emménage officiellement sur le terrain des Bruyères en 1914 et qui prendra plusieurs décennies plus tard, le nom de son illustre président.

La Première Guerre Mondiale vient freiner les activités du FCR mais dès la fin de la guerre, le club de Robert Diochon repart de l’avant et participe à la création de la Ligue de Normandie en août 1919.

Tandis que le FCR se bat pour la suprématie régionale face aux Ciel et Marine, les Diables Rouges se distinguent au niveau national et atteint la finale de la Coupe de France en 1925 ! Une finale historique pour le FCR face au Sport Généraux qui se déroule en deux matchs puisque lors du premier acte, les deux équipes se neutralisent malgré les prolongations (1-1).

Malheureusement, le 10 mai 1925, les Rouennais s’inclinent face aux Parisiens malgré les deux buts en première période de Boulanger, sur le score de 3-2. La Coupe de France échappe de justesse au FCR.

LE PROFESSIONNALISME

Alors que le début des années 30 voit l’éclosion des pépites de la formation Rouennaise dont notamment un certain Jean Nicolas, le Football Club Rouennais participe à la professionnalisation du football français puisqu’il est invité à participé à la première édition du championnat de France, en 1932.

Néanmoins, les dirigeants Rouennais refusent temporairement l’invitation avant de rejoindre la deuxième division, un plus tard.

Rouen intègre le monde professionnel et la D2 lors de la saison 1933-1934 et fait tomber les records dès son premier match de championnat qui se déroule aux Bruyères face au Club Français, tout juste relégué de l’élite. Devant 6 000 spectateurs, le FCR s’impose sur un score incroyable de 12-3 avec un octuplé de Jean Nicolas !

Pendant 3 saisons, le FCR bataille dans le haut de classement avant de finir par rejoindre l’élite du football français lors de l’été 1936 !

Pour sa première saison dans l’élite, le FCR fait sensation grâce notamment à son attaque mitrailleuse qui fait des ravages sur les terrains de l’hexagone. Jean Nicolas inscrit pas moins de 27 buts lors de la saison 1936-1937 et porte les Rouges jusqu’à la 4ème place.

Le FCR commence à se faire un place parmi les meilleurs clubs français mais son élan est fauché par la Seconde Guerre Mondiale qui éclate lors de l’été 1939.

Le club poursuit ses activités malgré les péripéties que représente l’organisation d’un championnat sur un territoire en proie à la guerre et parvient même à être sacré Champion de France en 1945 !

La sortie de la seconde guerre se révèle délicate pour le club qui en 1947 connaît sa première rétrogradation sportive et descend en D2. Malgré ses ambitions de retour en D1, le FCR s’enlise dans l’antichambre de l’élite pendant 13 saisons consécutives !

Dans les années 60, le FCR fait son retour parmi l’élite et parvient à s’y installer durablement ! Cette période faste coïncide avec les premières épopées européennes du FCR.

Grâce à sa 8ème place lors de la saison 1962-1963, le FCR participe à la Coupe Rappan (ancêtre de la Coupe Intertoto) et réalise un parcours incroyable puisqu’en plus d’avoir réussi à passer la phase de poule, le FCR parvient à atteindre les demi-finales grâce notamment une qualification historique face au Bayern Munich !

Si les Diables Rouges échouent en demi-finale face au Slovan Bratislava, le club aura une autre occasion de briller sur la scène européenne, quelques années plus tard grâce à la Coupe des villes de foire (ancêtre de la Ligue Europa). Une nouvelle fois, le FCR réalise un parcours remarquable et échoue en 8ème de finale après voir tenu tête à Arsenal lors d’une double confrontation qui restera dans les annales avec un succès que les Anglais obtiennent dans les dernières minutes du match retour, à Highbury.

L’épopée européenne s’achève et les Diables Rouges passent du rêve au cauchemar en l’espace de quelques mois puisqu’en juin 1970, le FCR connaît ses premiers soucis financiers qui le rétrograde en D2.

Le club reste 7 saisons en D2 avant de faire un retour éphémère dans l’élite puisqu’au terme d’une saison 1977-1978 cataclysmique, le FCR retombe en D2 et ne passe pas loin de la catastrophe financière.

René Monin, ancien proche de Robert Diochon et déjà président du FCR à trois reprises remet le club sur les rails. Il amène sur le banc, un certain Robert Vicot qui avait déjà fait un passage sur le banc Rouennais quelques années plus tôt. Sous sa houlette, le FCR joue les premiers rôles et parvient à retrouver l’élite lors de l’été 1982 !

Pour son retour en D1, les dirigeants Rouennais souhaitent tout d’abord pérenniser le club en D1. Les clés de la réussite se résument en deux points : Jean-François Beltramini qui du haut de ses 35 ans revit en Normandie et un stade Diochon devenu une véritable forteresse où les ténors du championnat chutent chacun leur tour (Nantes, Bordeaux, Monaco…).

Le FCR réalise deux belles saisons avant de connaître une saison 1984-1985 très difficile qui se conclue par une cruelle défaite aux barrages à Diochon où le Stade Rennais cruficie le FCR aux tirs au but et envoie le club en D2.

La chute du FCR en Division 2 fait très mal au club qui un an plus tard connaît une rétrogradation historique en Division 3. Le président de la Ligue de Normandie, André Sauvage vient au chevet du FCR et le redresse rapidement puisque les Diables Rouges retrouvent aussi tôt l’antichambre du foot français.

Le FCR se stabilise plusieurs saisons en D2 et rêve d’un retour parmi l’élite. Sous l’impulsion de la génération Lechevallier, Horlaville, Orts, les Diables Rouges échouent une première fois en barrages lors de la saison 1989-1990 avant de passer tout proche lors de la saison 92-93 où le FCR s’écroule après une élimination en Coupe de France face à Marseille qui coûte au club ses deux gardiens et bien plus encore.

La saison suivante est cataclysmique puisque le club chute en National 1 avant de déposer le bilan pour la première fois à l’été 1995.

RECONSTRUCTION ET RECHUTE

Une période sombre s’ouvre alors pour le club qui redécouvre le monde amateur et un nouveau départ en National 2 sous le nouveau nom de Football Club du Grand Rouen. Le président du club, Claude Batel tente de faire remonter le club mais n’y parvient pas. Pire, à l’automne 1997, le FCGR connaît de nouveaux déboires financier et dépose à nouveau le bilan. Le club mis en redressement judiciaire devient l’Olympique du Grand Rouen et ne parvient pas à éviter une énième chute, en CFA 2.

Gilbert Kadji, homme d’affaire Camerounais à l’origine de l’OGR parvient à remonter le club en CFA dès la saison et à faire vibrer le public Rouennais grâce à un incroyable parcours en Coupe de France et un quart de finale mémorable face à Sedan !

A l’été 2000, René Bertin prend la présidence et rend au club ses trois lettres historiques. Il amène avec lui, Yves Brécheteau et c’est une remontée éclair qui se produit !

De retour en National en 2002, le FCR réussi l’exploit d’enchaîner une seconde montée consécutive historique et décroche son billet pour la Ligue 2 après neuf ans de purgatoire !

Le retour du FCR dans le monde professionnel démarre sous les meilleurs auspices pour les Diables Rouges. Puis le FCR retrouve son rival historique pour une double confrontation qui fait frémir le foot Normand.

Malheureusement, la saison tourne rapidement à la catastrophe et le club ne parvient pas à se maintenir. Une rechute en National suivi d’une seconde descente consécutive vers le CFA. Le FCR retourne à son point de départ.

Malgré ses ambitions, le FCR mettra quatre saisons avant de rejoindre le National, en 2009. Le club se stabilise en National et cherche à remontée en Ligue 2. Malheureusement, l’ambition des dirigeants Rouennais d’une remontée rapide provoque un troisième dépôt de bilan en 20 ans et la rétrogradation sportive du FCR en Division d’Honneur.

DE L'ENFER À LA RENAISSANCE

Le Football Club de Rouen repart au niveau régional avec à sa tête, Fabrice Tardy. Le club peine à se relever du cataclysme de l’été 2013 et doit faire face à une grande adversité. En mai 2017, après 4 saisons de purgatoire, le FCR monte en National 3 et signe son retour dans les championnats nationaux !

Un retour au cinquième échelon difficile puisque le club passe très proche de la catastrophe d’une nouvelle descente et sauve sa peau lors de l’ultime rencontre.

Ce sauvetage crée un nouvel élan autour du club avec l’arrivée sur le banc de David Giguel, d’un nouveau staff, d’une nouvelle équipe et d’une ferveur dans les travées du stade Diochon. Pour son 120ème anniversaire, le FCR valide son accession en National 2 !

LES ENTRAÎNEURS DU CLUB DEPUIS 1930

ZOLTAN VAGO

1930 – 1933

EMIL SKOLAUT

1935 – 1938

WILLIAM WRIGHT

1938 – 1939

GEORGE KIMPTON

1939-1940 , 1945

EDMOND DELFOUR

1940 – 1945

ERNST PAYNE

1945 – 1947

MAURICE BLONDEL

1947 – 1950

CHARLES ROZE

1950

JOSÉ MANDALUNIZ

1950 – 1952

JULES BIGOT

1952 – 1953

JEAN GRÉGOIRE

1953 – 1954

ROBERT LACOSTE

1954 – 1958

MAX SCHIRSCHIN

1958 – 1963, 1971 – 1972

PAUL LEVIN

1963 – 1965

RENÉ VERNIER

1965 – 1968

ANDRÉ GÉRARD

1968 – 1970

ROGER RIZZI

1970 – 1971

PIERRE TOURNIER

1971

ERNST MELCHIOR

1972 – 1975

ROBERT VICOT

1975 – 1976, 1980 – 1985

CESAR HECTOR GONZALES

1976 – 1977

DANIEL DRUDA

1977, 1978-1979

MILORAD PAVIC

1977 – 1978

CESTO VANZO

1979 – 1980

FRANCOIS BRACCI

1985 – 1986

ARNAUD DOS SANTOS

1986 – 1990

PIERRE GARCIA

1990

DANIEL ZORZETTO

1990 – 1994

JEAN-PIERRE ORTS

1994

JEAN-PAUL RABIER

1994

PATRICK PARIZON

1994 – 1995

LAURENT ROUSSEY

1995 – 2000

PATRICE HEAULMÉ

2000

YVES BRÉCHETEAU

2000 – 2004

JEAN-GUY WALLEMME

2004

ERIC DEWILDER

2004 – 2005

ALAIN MICHEL

2005 – 2006

ERIC GARCIN

2006 – 2012

MANU DA COSTA

2012

DIDIER OLLÉ-NICOLLE

2012 – 2013

HAKLI DAHMANE & ERIC RASTELL

2013 – 2014

ROMAIN DJOUBRI

2014 – 2017

MANUEL ABREU

2017 – 2018

RAYNALD BERTIN

2018

DAVID FOUQUET

2018

DAVID GIGUEL

Depuis 2018

LES PRÉSIDENTS DEPUIS 1899

RAOUL HURARD

1899 – 1902, 1903 – 1904

MAURICE COUSINARD

1902 – 1903, 1905 – 1906, 1907

P. SEVESTRE

1904 – 1905

diochon

ROBERT DIOCHON

1906 – 1907, 1908 – 1953

AUGUSTE DUCHÊNE

1953 – 1955, 1959 – 1962

monin

RENÉ MONIN

1955 – 1957, 1967 – 1968, 1972 – 1976, 1979 – 1984

MARCEAU DECLE

1957 – 1959

JACQUES PATUREL

1962 – 1967

ALAIN ROBINE

1968 – 1971

JEAN DUQUESNE

1971 – 1972

MICHEL AXEL

1976 – 1979

BERNARD QUESNEL

1984 – 1985

MAURICE TOUBOUL

1985 – 1986

ANDRÉ SAUVAGE

1986 – 1991

CLAUDE BATEL

1991, 1995 – 1997

MICHEL GUEZ

1991 – 1995

GILBERT KADJI

1997 – 2000

RENÉ BERTIN

2000 – 2005

PASCAL DARMON

2005 – 2012

THIERRY GRANTURCO

2012 – 2013

FABRICE TARDY

Depuis 2013